Comment l'industrie du golf a été affectée par la Covid au Royaume Uni en 2020 ?

Personne n’aurait pu se préparer à ce que nous avons vécu en 2020. Pour les Greenkeepers anglais, la Covid-19 a fortement ralenti l’ensemble des activités de maintenance des terrains. En effet avec le confinement, seul l'entretien essentiel était autorisé. Parallèlement à l'ambiguïté autour de ce qui constitue un « entretien essentiel », de nombreux Greenkeepers se sont retrouvés en congé, les activités de maintenance ont donc été reportées. Nous avons interrogé deux Greenkeepers anglais et irlandais pour connaître leur point de vue sur la saison 2020.

Print page
Golf UK

Outre l’impact sur l’entretien des terrains, l’épidémie a surtout engendré d’importantes pertes financières pour les golfs, qui ont dû fermer leurs portes. Par la suite, lorsque la situation sanitaire s’est améliorée, ils ont observé un retour massif des joueurs sur les terrains ce qui a laissé très peu de temps aux Greenkeepers pour réaliser les opérations de maintenance des gazons. L’entretien se faisait en conséquence très tôt le matin, avant l’arrivée des joueurs. 
2020 a donc été une année très difficile pour les golfs, avec une charge de travail très inégale pour les Greenkeepers, mais l’élan observé chez les joueurs lors de la réouverture a été très positif pour la profession.

 

// Eoghan Buckley, directeur technique du Birr Golf Club et professeur expert en gazon à l'Université technologique de Dublin

Eoghan Buckley nous explique que 2020 a été une année difficile pour l'industrie du golf, tant du point de vue de la gestion que de l'économie.

« Nous avons fermé le 1er avril avec beaucoup d'incertitude. Nous ne savions pas si nous pourrions continuer à travailler, nous avons donc essayé de laisser les terrains dans le meilleur état possible », dit-il.

"Il était presque impossible de rattraper notre retard"

« La planification de notre travail a été très difficile cette année, nous avons réalisé les tâches essentielles, telles que l'aération et la pulvérisation, mais lorsque nous avons réouvert après le premier confinement, nous étions très en retard sur notre programme de maintenance. »

« Il était presque impossible de rattraper notre retard. Nous avons normalement une trentaine de joueurs par jour sur les terrains, mais cet été, nous en avions entre trois et quatre fois plus ! Ainsi, pour notre équipe il a été très difficile de remettre les terrains en parfait état.» explique Eoghan.

« En raison de réduction budgétaire, nous avons dû supprimer deux applications de fongicide au milieu de l'été, lorsque le parcours était fermé. En termes de maladie, nous avons eu de l'anthracnose, mais nous avons réussi à la maîtriser. »

Pour Eoghan, avec toutes les incertitudes de l’année 2020, rester motivé a été l'un des plus grands défis : « Il est très difficile de garder les gens motivés lorsque vous avez vous-même du mal à rester optimiste. Nous espérons que les choses reviendront à une sorte de normalité en 2021 ». 

 

// Oliver Durham, Greenkeeper au Normanton Golf Club

« Avec la réduction de nos effectifs, nous nous sommes concentrés sur la maîtrise de l’humidité du gazon afin d’éviter le développement des maladies. »

 « 2020 et la Covid nous ont causé de nombreux soucis en tant que Greenkeepers », déclare Oliver.
Il explique qu'ils ont été très en retard sur le programme d’entretien et qu’ils ont eu du mal à maintenir les terrains en parfait état.

« Lors du premier confinement, notre équipe est passée de six à trois personnes et seules les tâches essentielles ont été réalisées. »

« Nous avons au début constaté moins de dégâts sur les terrains du fait de la fermeture des golfs et donc de l’absence de joueurs

« Cependant, lorsque notre golf a réouvert, nous avons eu environ 150 à 200 golfeurs par jour dans la semaine et environ 250 par jour le week-end. C'est trois fois la fréquentation normale. »

« Cette forte augmentation du nombre de joueurs a causé de gros dégâts sur la qualité du terrain et nous avons constaté beaucoup d'usure. Il était également très difficile de faire notre travail de maintenance avec des parcours si chargés », rajoute Oliver.

« En termes de maladies, elles ont été limitées au début du fait de la fermeture mais nous avons commencé à les voir réapparaître dès le mois de septembre. Les conditions météos douces et humides ont été idéales pour le développement des maladies cette année. »

« Avec la réduction de nos effectifs, nous nous sommes concentrés sur la maîtrise de l’humidité du gazon afin d’éviter le développement des maladies. »

« Économiquement, notre golf a été considérablement touché par la Covid. En plus de notre activité golf, nous organisons également des mariages et des conférences ce qui représente une source importante de revenus dont nous avons été privés. Cependant, nous avons eu de la chance, car de nombreux golfs autour de nous ont dû fermer pour de bon. »

"Aucun de nous ne veut revivre une année comme celle-ci", ajoute Oliver.

 

Timothy Peeling, Chef de Produit Bayer au Royaume Uni 

Timothy Peeling « Malgré les difficultés de l’année 2020, les Greenkeepers ont su gérer les problèmes causés par la pandémie grâce à leur résilience et leur expertise, et sont parvenus à obtenir, avec un entretien minimal, les meilleures surfaces de jeu possibles
  « L’un des points positifs est que le golf a été reconnu au niveau gouvernemental comme un facteur améliorant la santé mentale, et a donc été l'un des premiers sports à ré-ouvrir après les deux confinements. En outre, la fréquentation accrue observée dans les golfs après leur ré-ouverture est très positive et celle-ci, espérons-le, continuera d'augmenter tout au long de 2021.»


 


 
 

Bayer Espaces Verts

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter trimestrielle !