Lutte antiparasitaire en industrie agroalimentaire

Pour intervenir en industrie agroalimentaire (IAA), le prestataire de service doit être en mesure d’adopter une stratégie adaptée de prévention et de lutte contre les nuisibles. En effet, il existe différents types et niveaux d’exigence applicables aux IAA. Il faut les connaitre pour pouvoir y répondre.

Référentiels : les principales différences

Les obligations réglementaires

Tous les acteurs de l’industrie alimentaire sont soumis à des obligations réglementaires. Le Règlement CE 852-2004, connu sous le nom de Paquet hygiène, transcrit ces obligations en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire, et donc de lutte et de prévention contre les nuisibles.

Cette règlementation européenne, applicable depuis le 01/01/2006 à l’ensemble des pays de l’UE, a un impact juridique. Elle a pour objet de maîtriser la sécurité des denrées afin de garantir l’absence de danger pour la santé des consommateurs.

Le paquet hygiène a quatre obligations en matière de prévention et de lutte contre les nuisibles. 

  • éviter l’accès des nuisibles
  • définir les zones à risque
  • suivre et détecter par des mesures préventives
  • éradiquer avec des mesures curatives

L’industriel doit les mettre en place par lui-même ou en faisant appel à un prestataire de services.

 

Les normes (IFS, BRC, AIB)

Outre ces obligations réglementaires, l’IAA va se soumettre à des exigences normatives, les plus fréquentes étant l’IFS, le BRC et l’AIB. Ces normes incluent toujours les exigences règlementaires (obligatoires) applicables en matière de sécurité alimentaire. Mais elles sont plus détaillées et répondent à des exigences plus poussées.

Si elles n’ont pas d’impact juridique, elles ont en revanche un impact économique et commercial fort pour les IAA car elles sont impulsées par le marché et les clients. Les industriels s’engagent à les respecter. Et nous allons voir qu’elles sont plus spécifiques en matière de lutte contre les nuisibles. Nous les présentons ici, de manière non exhaustive, de la « moins » exigeante à la plus exigeante.

-      IFS    =>    BRC    =>    AIB     +

// IFS : International Food Standard

En plus du Paquet Hygiène, l’IFS demande à l’entreprise de respecter 6 exigences :

  • Un plan de lutte formalisé et basé sur une évaluation des risques
    - à l’intérieur comme à l’extérieur de l’usine
    - avec des postes d’appâtage localisés sur un plan et identifiés sur le site
    - des responsabilités définies
    - la liste des produits ainsi que les fiches de sécurité (FDS) à disposition
    - la fréquence des interventions définie d’après l’analyse des risques
  • Un intervenant (personnel interne ou prestataire de services 3D) « compétent » et des missions contractualisées
  • Des inspections et interventions documentées (suivi et traçabilité des plans d’actions)
  • Appâts et pièges à insectes positionnés sans risques de contamination pour les denrées alimentaires (pas de distance précisée).
  • Un point de vigilance sur la réception des marchandises (en cas d’infestations, il faudra fournir des documents + des preuves de plan d’actions)
  • Une analyse des tendances

// BRC : British Retail Consortium

En plus des exigences de l’IFS, on trouve des mesures plus spécifiques et plus détaillées. En voici quelques-unes :

  • Fréquences définies :
    - étude de l’efficacité des mesures en place 1 fois / an
    - analyse des tendances 1 fois / an
  • Rapidité d’actions :
    - en cas d’infestation
    - si risque pour la denrée alimentaire
    - si le prestataire 3D fait des recommandation
  • Appâts toxiques interdits en zone produits nus sauf en cas d’infestation
  • En cas d’infestation, il faudra prendre des mesures tracées, ciblées et efficaces et revoir la fréquence des inspections.
  • Un poste manquant donne lieu à une enquête obligatoire.
  • Il faut prendre des mesures contre les volatiles en focalisant sur les zones de chargement et de déchargement (risque de contamination des denrées). 
  • Les destructeurs d’insectes (DEIV) ne doivent pas expulser les insectes.

// AIB : AMERICAN INSTITUTE OF BAKERY

L’AIB est le référentiel le plus complet et le plus contraignant par rapport aux obligations de prévention et de lutte antiparasitaire. Voici quelques exemples :

  • la fréquence des inspections est d’une fois par mois en extérieur et une fois par semaine en intérieur,
  • l’analyse des tendances est trimestrielle,
  • des mesures de contrôle de la faune sauvage et animaux domestiques doivent être envisagées 
  • les dispositifs temporaires de surveillance doivent être identifiés sur un plan à part,
  • certains éléments obligatoires sont à mentionner dans le contrat de prestation,
  • les distances entre postes d’appâtage ou les désinsectiseurs et la surface alimentaire sont définies,
  • les distances entre les dispositifs sont définies,
  • tous les appâts toxiques sont proscrits à l’intérieur,
  • la traçabilité des prestations du technicien doit être sans faille (rapports d’intervention complets et exhaustifs, registre des rodonticides et des insecticides, registre d’entretien du matériel, fourniture des bordereaux de suivi des déchets, rapport d’audit),
  • les étiquettes des produits 3D doivent être conservées
  • les pièges mécaniques doivent rester propres
  • tous les ouvrants doivent être protégés par des pièges de chaque côté

En tout état de cause, le professionnel doit se procurer les référentiels en question pour maîtriser ces exigences et mener à bien sa stratégie de prévention et de lutte contre les nuisibles.