Stratégie de lutte intégrée contre les blattes

L’un des principaux nuisibles rencontrés par les opérateurs 3D sont les blattes. Aujourd’hui, il existe une multitude de solutions pour les maîtriser, mais quelle est la meilleure stratégie ?

Ci-dessous, Bayer partage des réflexions sur l’importance grandissante des traitements passifs (appâts) pour la lutte intégrée contre les blattes – en particulier pour les locaux de type restaurants, immeubles…

La principale espèce de blatte infestant les locaux commerciaux est la blatte germanique (Blattella germanica). C’est une blatte relativement petite qui vit dans les fissures et les anfractuosités intérieures et a une formidable capacité à se multiplier rapidement.

On trouve également assez fréquemment la blatte orientale (Blatta orientalis). Elle privilégie les zones chaudes et humides. C’est une espèce commune aux industries agroalimentaires et autres métiers de bouches (restaurants, boulangeries, etc..)

La blatte américaine est plus grande et plus fréquemment trouvée à l’extérieur dans les canalisations et les égouts. Cette blatte peut pénétrer dans les locaux à travers les fissures et les ouvertures autour des portes et des fenêtres. Sa grande taille le rend plus visible.


Mieux vaut prévenir que guérir
Pour gérer les cafards, commencez par empêcher leur implantation. Ce sont de grands voyageurs et également des « auto-stoppeurs », souvent amenés incognito dans les locaux. La nourriture, un abri, de l’eau et de la chaleur suffisent à leur survie. Sans ces éléments, il y a des chances pour qu’ils se déplacent ailleurs.

Dans les locaux commerciaux où les livraisons sont fréquentes, il est impossible d’empêcher les blattes d’entrer. Toutefois, de bonnes pratiques d’hygiène et de nettoyage minimisent les risques de propagation des infestations.

Soyez sur votre garde face à ces créatures insaisissables
Avant de mettre en place une lutte, effectuez une inspection des locaux pour trouver des preuves d’infestation. Les blattes sont craintives et passent la plupart de leur temps à se cacher. Cherchez des preuves comme des matières fécales et des colorations. Ce n’est pas parce que vous ne les voyez pas qu’elles ne sont pas là !

Les techniques de lutte non chimiques comprennent des pièges collants et le nettoyage. Ces méthodes s’avèrent souvent insuffisantes. La lutte chimique est généralement nécessaire. L’insecticide et la formulation utilisés doivent être choisis en fonction du site et du type d’infestation.

S’éloigner des traitements traditionnels
Traditionnellement, les traitements de lutte contre les blattes impliquaient des insecticides en pulvérisation et, dans une moindre mesure, des poudres. Beaucoup de liquides et de poudres ont une action de débusquage rapide qui oblige les blattes à sortir de leur abri et à entrer en contact avec l’insecticide. Ils agissent rapidement, mais ont une durée de vie et une performance résiduelle limitées. Cette méthode nécessite également une mise en œuvre complexe (accessibilité des zones à traiter, délais de ré entrée, etc…)

Une autre méthode de lutte de plus en plus appliquée porte sur l’utilisation des gels appâts.

Les appâts attirent les cafards cherchant à s’en nourrir. Beaucoup d’entre eux ont une action retardée, qui permet de ramener l’insecticide dans la population de blattes, y compris celles qui se cachent dans les abris. Les cadavres des individus intoxiqués ou leur fèces sont ainsi consommés par les autres blattes de la colonie (nécrophagie et coprophagie) et meurent à leur tour,

Pour que les appâts agissent, ils doivent être placés là où les blattes peuvent facilement les trouver. Il faut pour cela avoir quelques connaissances. On ne peut pas placer l’appât n’importe où et s’attendre à ce qu’il agisse. Leur pouvoir d’attractivité n’excède pas les 30cm.

Les appâts sont une alternative aux pulvérisations et sont appréciés parce qu’ils sont très efficaces tout en minimisant l’utilisation des produits chimiques et la nuisance subie par les clients.

Une action efficace – Maxforce
Il est recommandé d’utiliser en rotation les gels Maxforce incluant Maxforce Platin et Maxforce Prime

Choisir la bonne solution
Les tendances à venir indiquent que les appâts sous forme de gel pour blattes vont gagner en popularité. Ils sont mieux adaptés à une application intérieure, aux zones sensibles et dans et autour des équipements.

Les sprays sont adaptés à des situations particulières ou un effet choc pour réduire les populations est nécessaire, et/ou il faudra lutter contre d’autres ravageurs. K‑Othrine SC25 est l’une des solutions.

Développement d’un programme à long terme adapté
L’adoption d’une stratégie de lutte intégrée des ravageurs, impliquant des inspections régulières, suivies par une méthode de lutte appropriée, peut aboutir à un bien meilleur niveau de lutte contre les blattes.

Toutefois, ne vous laissez pas abuser par un sentiment trompeur de sécurité simplement parce que vous ne voyez plus de blattes. Les blattes peuvent revenir facilement, et la meilleure façon de les tenir à distance est d’utiliser une approche de gestion préventive plutôt que réactive.