Les punaises de lit

Les infestations de punaises de lit varient de manière incroyable, en fonction généralement du laps de temps qui s’est écoulé depuis la date initiale de leur implantation.

Étant donné que ce sont des ravageurs mystérieux qui pondent leurs œufs dans des espaces protégés, ils passent souvent inaperçus jusqu’à l’apparition d’une énorme infestation. Les œufs sont protégés dans les abris et il n’y a plus d’autres interactions entre les œufs et leurs parents. Les nymphes se nourrissent de sang de manière indépendante, et ont également très peu de contacts avec leurs géniteurs.

Si seulement les punaises de lit étaient des créatures sociales…

La chimie non répulsive a un effet maximum lorsqu’il existe une forte interaction entre les membres de la colonie. Elle garantit des résultats plus rapides et plus globaux. Lorsque le cycle de vie de l’insecte est inextricablement lié à un réseau alimentaire impliquant une reine ou une nurserie, les résultats sur la colonie sont dévastateurs.

Malheureusement, les punaises de lit ne se comportent pas du tout comme cela, il n’est donc pas possible de compter sur un mouvement actif efficace entre les membres de la colonie pour résoudre votre problème dans une durée de temps acceptable.

Le traitement des punaises de lit doit passer par un processus de recherche et de destruction avec une attention méticuleuse portée aux fissures et anfractuosités. Chaque punaise peut générer des centaines voire des milliers de descendants et chaque fissure et anfractuosité représente une cachette potentielle pour une nouvelle infestation.

Examinez chaque recoin
Les effets les plus importants sont obtenus par un traitement approfondi des fissures et des anfractuosités en utilisant un insecticide fortement résiduel très puissant. Dans l’idéal, celui-ci doit être un groupe de produits chimiques auxquels les punaises n’ont pas été précédemment exposées, surmontant ainsi les problèmes de résistance.

Le facteur le plus critique est la pénétration du produit dans les fissures et les anfractuosités, au lieu de compter sur un film de surface résiduel captant les punaises émergeant des espaces protégés. Mettez les meubles à l’envers et déplacez tout ce qui limite votre accès aux principaux espaces protégés situés dans les murs, les plafonds, les luminaires, etc.

Prenez votre temps et soyez minutieux. Peu importe si vous traitez deux fois une fissure ou une anfractuosité. Perfectionnez ce traitement et les infestations pourront être éradiquées en quelques heures, ou au pire en quelques jours – sans attendre 6 semaines.

Incluez des non-répulsifs dans votre boîte à outils
Les non-répulsifs jouent un rôle dans le programme de lutte une fois l’infestation résidente éliminée. Les punaises de lit sont des ravageurs incroyablement mobiles, par conséquent de nouvelles infestations sont constamment réintroduites par de nouveaux voyageurs.

Au début de l’introduction, les punaises de lit sont particulièrement vulnérables à l’effet « surprise » des non-répulsifs, c’est à dire le fait de se déplacer sur des surfaces traitées sans se rendre compte de la présence du principe actif. Une fois que votre traitement d’éradication initial a nettoyé la zone, envisagez d’utiliser des non-répulsifs en tant que mécanisme de lutte et continuez à appliquer à intervalles réguliers.

Le programme préconisé par Bayer comporte Ficam WP (pour l’aspect non répulsif du bendiocarbe) et K-Othrine WG250 (pour l’effet débusquant de la déltaméthrine).