Notre expert technique vous répond

L'environnement technique et réglementaire évoluant rapidement dans le secteur de la 3D, nos clients nous sollicitent de plus en plus pour obtenir un support sur des problématiques complexes. Philippe Goujon, notre Expert Technique en Hygiène Publique, répond à vos questions. Utilisation des produits, problématiques réglementaires, innovation… Envoyez votre question ou le sujet que vous souhaiteriez voir aborder dans une prochaine newsletter à Hygiene.Publique@bayer.com !

20/05/2019
Pourriez vous apporter des éléments sur les nouvelles AMM des rodonticides AVK, en particulier sur l'appâtage permanent qui n'est plus autorisé ?
Gilles

Pour rappel, l’homologation des substances actives et plus largement des produits biocides sont régis par le règlement européen n°528/2012 visant à réguler et harmoniser leur commercialisation.
Un processus d’approbation et de renouvellement des autorisations de mises sur le marché (AMM) des biocides dont les rodenticides est en cours afin de réexaminer chaque produit et les risques associés.

Les autorités EU souhaitent encadrer de manière plus stricte l’usage des rodenticides AVK, notamment en ce qui concerne l’appâtage permanent. Elle concerne en 1er lieu les AVK de 1ère génération (risque de résistance) et de dernière génération (risque de toxicité).
Cette restriction concernant l’appâtage permanent se met donc en place progressivement au fur et à mesure des renouvellements d’AMM, produit par produit.
Pour savoir si un produit est déjà concerné par cette mesure ou non, il faut se référer à l’AMM du produit publiée sur le site de l’ANSES dans le paragraphe « mesures de gestion du risque » ou directement sur l’étiquette du produit.

A titre d’exemple, pour Racumin® Pate, il est indiqué :
// « Ne pas utiliser le produit en guise d'appât permanent pour éviter l'invasion de rongeurs ou surveiller les activités des rongeurs. »
// « Les produits ne doivent pas être utilisés au-delà de 35 jours sans évaluation du statut de l'infestation et de l'efficacité du traitement. »

Cette nouvelle approche implique et vise à promouvoir l’utilisation de méthode de lutte alternative, notamment avec des pièges ou des produits dits « placebo » comme le produit Bayer Harmonix Monitoring. Cette solution permet de détecter de façon précoce la présence de rongeurs par la consommation de l’appât en combinaison avec un marqueur fluorescent indiquant les voies de passage ainsi que l’importance de l’infestation.

L’outil « Diagnostic Rongeurs » s’intègre également parfaitement dans cette nouvelle approche puisqu’il permet de statuer sur le niveau de résistance potentiel de la population de rongeurs, notamment en cas d’inefficacité du produit au bout de 35 jours.
Pour plus d’informations sur l’interdiction de l’appâtage permanent, n’hésitez pas à consulter le bulletin d’informations de la CS3D accessible ici ou vous abonner à la Newsleter de notre partenaire Edialux qui fournit régulièrement des actualités réglementaires du secteur.

J'espère avoir répondu à votre question, merci !

Philippe

26/02/2019
Pourquoi utilisez-vous le Coumatétralyl, une substance active de première génération, alors qu'il y a des cas avérés de résistance ?
Vincent, Technicien 3D

Cher Vincent,

Il existe en effet des cas de résistance mais ceux-ci sont beaucoup moins nombreux qu'on ne le croit ! Les analyses réalisées avec les kits Diagnostic Rongeurs montrent que moins d'1/4 des cas présentent une résistance aux anticoagulants de première génération, ce qui laisse donc 75% des cas pour lesquels ils restent efficaces. Les analyses ont en plus montré que les cas de résistance apparaissent de manière très localisée. Pour en savoir plus, consultez notre infographie.

Nous recommandons l'usage du Coumatétralyl pour ses avantages :

  • Une haute efficacité sur les rats : l'hémorragie apparaît progressivement mais de manière fatale pour les rats, sans symptômes de douleurs ce qui n'induit pas de méfiance au sein de la colonie et permet donc l'élimination complète.
  • Une lutte responsable avec impact faible sur les espèces non cibles : La coumatetralyl a, par exemple, une DL50 sur chien supérieure aux substances rodenticides de seconde génération, réduisant ainsi les risques d'intoxication secondaire.

Il est toutefois recommandé d’alterner les substances actives, entre premières et deuxièmes générations afin de limiter les risques d’apparition de résistance.D’une manière générale le choix des différentes substances actives rodenticides est à évaluer en fonction de la situation, des risques d’intoxication primaires et secondaires et des risques d’apparition de résistance.

J'espère avoir pu vous aider, merci de votre confiance !

Philippe