Fourmi noire

Classification

Catégorie de l'espèce Hymenoptera
Nom scientifique Lasius niger
Famille Formicidae

Caractéristiques

Antennes coudées ; pièces buccales (mandibules) broyeuses ; si elles sont présentes, deux paires d'ailes membraneuses, les ailes antérieures et postérieures étant solidaires ; abdomen étroit à la base, formant un pédoncule qui porte des nœuds caractéristiques ou écailles ; métamorphose complète, avec une apparence différente des stades à l'état d'œuf, de larve, de nymphe et d'adulte ; fait partie d'un système social complexe.

  • Ouvrières
  • - Longueur : 3,4 à 5 mm,
    - Couleur : ouvrières noires à brun foncé.
  • Reines
  • - Longueur : 15 mm,
    - Couleur : à moitié brunes,
    - Pédoncule constitué d'un seul segment.

Répartition

En France, les espèces nichent à l'extérieur, mais risquent de pénétrer régulièrement dans les habitations. Une de ces espèces est la fourmi noire commune (Lasius niger), un insecte actif qui niche à l'extérieur, dans l'herbe et les murs et sous les pavés. Elle fouille une grande étendue à la recherche de nourriture, ce qui la fait pénétrer à l'intérieur des maisons.

Importance

Les ouvrières en train de fouiller constituent une cause de nuisance lorsqu'elles traversent de grandes étendues à la recherche d'aliments, en suivant des pistes bien définies et en se regroupant autour des sources de nourriture. Les aliments sucrés obtiennent leur préférence. Dans les jardins, les fourmilières creusées autour des racines des plantes rendent le sol excessivement sec. Les fourmis élèvent également des pucerons, eux-mêmes nuisibles, afin de récupérer leur miellat. D'un autre côté, elles peuvent se révéler bénéfiques comme prédateurs d'autres insectes et charognards en général. Elles constituent évidemment un spectacle déplaisant et peuvent endommager la nourriture destinée à l'alimentation humaine.

Cycle de vie

Le caractère social des fourmis a engendré le développement d'un système de castes, par lequel les individus sont responsables de tâches spécialisées au sein de la communauté. On y trouve des ouvrières (femelles stériles), des mâles fertiles et des reines (femelles fertiles). Les ouvrières construisent et étendent la fourmilière, s'occupent des larves et recherchent de la nourriture, activité par laquelle elles deviennent nuisibles. Les reines n'effectuent aucune de ces tâches et demeurent presque exclusivement à l'intérieur de la fourmilière. L'accouplement entre individus sexués a lieu en vol. Ces essaims spectaculaires impliquent un grand nombre de fourmis. Les essaims à proprement parlé ne persistent que 2 à 3 heures. Après l'accouplement, les mâles périssent et les femelles perdent leurs ailes et creusent un trou dans le sol, où elles hivernent. Les œufs sont pondus à la fin du printemps et les larves, blanches et dépourvues de pattes, éclosent 3 à 4 semaines plus tard. Ces premières larves sont nourries par les sécrétions des glandes salivaires de la reine, jusqu'à la fin de leur croissance, moment où elles deviennent des chrysalides, formant les “œufs de fourmi“ bien connus. De ces nymphes émerge la première nichée d'ouvrières. Celles-ci se chargent de la recherche de nourriture et surveillent les nichées ultérieures. Les formes sexuées apparaissent plus tard. L'ensemble du cycle s'étend sur environ 2 mois. Dans des conditions favorables, une fourmilière peut prospérer pendant plusieurs années.

Contrôle

Hygiène/gestion

Bien que fréquemment inaccessibles et difficiles à détruire, les fourmilières doivent être éradiquées si l'on veut contrôler efficacement les infestations. Les nids des fourmis noires peuvent être localisés en suivant leurs pistes. Les sources potentielles de nourriture doivent être identifiées et protégées de leurs attaques.

Contrôle par insecticide

Des traitements par insecticide doivent être appliqués dans la fourmilière et aux alentours, en s'assurant qu'un film résiduel du produit est maintenu au niveau des points stratégiques, par exemple les points d'entrée dans les bâtiments, les fenêtres, les ventilateurs, les conduits et la tuyauterie. Les jonctions sol/mur, les pistes des fourmis et tous les autres refuges doivent être traités, en utilisant la préparation d'après les instructions données sur l'étiquette. Une attention particulière doit être portée aux petites fissures sans importance qui peuvent néanmoins constituer des points stratégiques pour l'entrée des fourmis. Des appâts insecticides peuvent également être utilisés autour des points d'entrée.

Produits recommandés

Hygiène publique

Maxforce® Quantum

Appât prêt-à-l'emploi (RB)

L’expert de la lutte anti-fourmis.

Voir le produit

Autres problèmes