Aedes Albopictus

Comment contrôler les populations de moustiques

La gestion des populations de moustiques permet de réduire leurs effets néfastes sur la santé humaine, l’économie et les loisirs. La lutte intégrée contre les moustiques relève de la santé publique dans le monde entier, en particulier dans les zones tropicales, où les insectes propagent de nombreuses maladies, telles que le paludisme et le virus Zika…

Print page
Lutte contre les moustiques

// Les moustiques : tous nuisibles ?

Il existe plus de 3000 espèces de moustiques dans le monde. L’animal est généralement reconnu comme le plus dangereux au monde, sur la base du nombre de décès qui lui sont attribués. Partout les moustiques sont considérés comme une nuisance. Certaines espèces transmettent des maladies, conduisant à des opérations en vue de contrôler (réduire) leur présence.
En territoire français, le moustique le plus communément répandu est Culex pipiens. Nous luttons également contre Aedes albopictus (moustique tigre), désormais largement implanté, et Aedes aegypti dans les DROM.

Les moustiques posent trois types de problèmes :

  • Ils représentent une nuisance car leurs piqûres et leurs vols dérangent les particuliers de jour comme de nuit, en intérieur ou en extérieur ;
  • On peut même considérer qu’ils nuisent au tourisme dans certaines régions (comme en Camargue, par exemple) ;
  • Lorsqu’ils sont vecteurs de maladies infectieuses, ils deviennent un véritable enjeu de santé publique.

Quelles maladies transmettent les moustiques ? Elles sont nombreuses, et sous nos latitudes, nous connaissances généralement : la dengue, la fièvre jaune, le paludisme, le Zika, le chikungunya, le virus du Nil occidental, et le virus de l’encéphalomyélite équine de l’Est. Il y a plusieurs façons de gérer les populations de moustiques.

// Gestion intégrée des moustiques

Les professionnels de la lutte antivectorielle élaborent des plans de contrôle en utilisant une approche de gestion intégrée des moustiques. Cette gestion intégrée combine plusieurs méthodes afin de prévenir et de contrôler les moustiques. 
Ces méthodes de contrôle sont sûres et scientifiquement prouvées. Elles sont basées sur une compréhension de la biologie des moustiques, de leur cycle de vie et de la façon dont ils propagent les virus. Les éléments de base de la gestion intégrée des moustiques comprennent la surveillance, la réduction des sources, le contrôle de tous les stades de la vie des moustiques, les tests de résistance aux insecticides, l’éducation du public, la participation communautaire et l’évaluation des mesures prises.

Pour en savoir plus, lisez l’avis d’expert : Le moustique est-il un parasite difficile à contrôler ?

// Moustiques : d’abord la surveillance

Des experts en contrôle des moustiques effectuent une surveillance et recueillent des informations. Ils surveillent les types et le nombre de moustiques dans une zone, les agents pathogènes et les animaux hôtes tels que les oiseaux. 
Ces activités aident les professionnels à déterminer si, quand et où des activités de contrôle sont nécessaires pour gérer les populations de moustiques. Si les professionnels découvrent que les moustiques locaux propagent des virus, le plan de lutte contre les moustiques est engagé.

Pour accompagner la population et les professionnels dans la surveillance de la prolifération des moustiques tigres, l'ANSES a mis en place un nouveau Portail de surveillance du moustique tigre en 2020.

 

// Réduction de la source des moustiques

Cela consiste à éliminer l’eau stagnante afin d’éliminer les gîtes larvaires potentiels, comme vider l’eau des contenants autour de la maison. C’est quelque chose que les particuliers peuvent faire. Professionnels et particuliers suppriment donc autant de sites de ponte que possible pour réduire les gîtes larvaires. Cette action peut être un moyen extrêmement efficace et permanent de réduire les populations de moustiques en minimisant l’utilisation d’insecticides. 
Cependant, si ces méthodes ne sont pas utilisées régulièrement, leur efficacité est réduite. En outre, elles sont parfois inapplicables dans certaines parties du monde où l’eau ne peut pas être facilement remplacée en raison d’un approvisionnement irrégulier en eau. 

// Contrôle des larves et des pupes de moustiques

Eliminer ou modifier les sites de ponte n’est pas toujours possible pour empêcher la prolifération des moustiques.

Dans ces cas, il est possible d’utiliser :

  • Des moyens de physiques tels que des couvercles à mettre sur les barils de collecte d’eau de pluie, par exemple
  • Des régulateurs de croissance des insectes
  • Des huiles et des films

La lutte biologique offre un bon moyen de tuer les larves. Autrement appelée « biocontrôle », cette méthode consiste à utiliser les ennemis naturels des moustiques : parasites, agents pathogènes et prédateurs. Certains poissons prédateurs se nourrissent de larves de moustiques, l’utilisation d’un tel système permet de contrôler les moustiques sans effets néfastes sur l’écosystème. Le Bacillus thuringiensis israelensis (Bti) est un larvicide bactérien très efficace et très répandu.

// Contrôle des moustiques adultes

On peut contrôler les moustiques adultes avec des insecticides dits adulticides. Les professionnels de la lutte contre les moustiques sélectionnent le produit selon la situation, sur la base des données de surveillance et en fonction de la résistance des moustiques aux insecticides, le cas échéant. Les adulticides couramment utilisés sont :

  • Des pyréthrines (matière active d’origine végétale, la fleur de pyrèthre) : dans cette gamme Bayer propose Harmonix® InsPyr, formulé sans piperonyl butoxide (PBO) et AquaPy® (certifié HACCP)
  • Des pyréthrinoïdes de synthèse : avec des produits tels que le Aqua K-Othrine®
  • Des organophosphorés

Il est également possible de contrôler les populations de moustiques à l’aide de pièges. Ces pièges proposent des lieux de reproduction artificiels. Certains dispositifs ne piègent que les œufs. D’autres contiennent un produit chimique qui tue le moustique adulte et/ou les larves à l’intérieur. Un autre type de pièges à moustiques attire les adultes à l’intérieur où ils meurent de déshydratation.

 

Rappel

Les moustiques subissent une métamorphose complète, ce qui signifie qu’ils ont un cycle de vie en quatre étapes qui comprend les œufs, les larves, les pupes et les adultes. Les adultes pondent des œufs sur ou près de l’eau stagnante et les larves terminent leur développement dans le milieu aquatique. Les adultes qui émergent restent généralement non loin de ce site de reproduction. La durée de vie d’un moustique femelle, de l’œuf à l’adulte, varie en fonction de la température ambiante et de l’espèce, mais peut aller jusqu’à environ 100 jours.

Harmonix InsPyr
Hygiène Publique
Harmonix© InsPyr
L'insecticide polyvalent de lutte alternative...
Je découvre la fiche produit
Insecticide hygiène publique

AquaPy®

Emulsion acqueuse (EW)

La solution à base de pyrèthre naturel pour le contrôle des...

Voir le produit
Anti-vectoriel

Aqua K-Othrine®

Emulsion acqueuse (EW)

Le traitement spatial en base aqueuse pour un contrôle...

Voir le produit

HARMONIX® INSPYR, TP18 Insecticide, produit biocide

Détenteur du produit :Copyr
Contient : 2,5 % d'extrait de Chrysanthemum cinerariaefolium produit à partir de fleurs de Tanacetum cinerariifolium ouvertes et matures avec un dioxyde de carbone supercritique 
Classement : Sensibilisation cutanée (Cat. 1B), Toxicité aiguë et chronique pour le milieu aquatique (Cat. 1)

AQUA K-OTHRINE®, TP18 Insecticide
AMM N°FR-2017-0078 - Détenteur de l’AMM : Bayer S.A.S.
Contient : 20g/L Deltamehtrin
Classement : Toxicité aiguë (Cat. 4), Danger par aspiration (Cat. 1), Sensibilisation cutanée (Cat. 1), Toxicité aiguë et chronique pour le milieu aquatique (Cat. 1).

AQUAPY®, TP18 Insecticide, produit biocide
Détenteur du produit : Bayer S.A.S.
Contient : 30 g/L Pyréthrines, 135 g/l Pipéronyl butoxide
Classement : Toxicité aiguë et chronique pour le milieu aquatique (Cat. 1).

Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable, notamment dans les lieux fréquentés par le grand public. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement.
Produits pour les professionnels : Utilisez les produits biocides avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l'étiquette et les informations concernant le produit.