Lutte alternative : le point sur les insecticides naturels

Dans un contexte de pression sociétale et réglementaire, les professionnels 3D demandent de plus en plus des solutions alternatives efficaces ayant un moindre impact toxicologique et environnemental. Plusieurs fabricants proposent des insecticides naturels à usage professionnel comme alternatives aux produits biocides traditionnels.

Des insecticides composés de silice 

 

// Qu’est-ce que c’est ?

Élément très abondant dans l’environnement, la silice (ou dioxyde de silicium) entre dans la composition de certains minéraux. C’est le principal composant de la terre de diatomée, et il est autorisé depuis mai 2017 en type de produit 18 (insecticides, acaricides et produits pour lutter contre les autres arthropodes).

// Comment ça marche ?

Ce type d’insecticide est appliqué en intérieur sur le passage des insectes rampants avec un pulvérisateur. Une seconde application est nécessaire à l’éclosion des œufs. Son mode d’action est physico-mécanique. Les particules de silice – de petits cristaux coupants – provoquent des lacérations sur l’exosquelette des insectes et dans leur tube digestif une fois ingérées. Ils meurent par déshydratation.

// Avantages et inconvénients :

Un insecticide à base de dioxyde de silicium est non polluant pour l’environnement et sans danger pour l’homme et les mammifères. Même si certains insectes des denrées stockées peuvent devenir moins sensibles à ce biocide au fil des générations, aucune résistance n’est connue à ce jour. Il a un effet barrière immédiat et on peut l’utiliser sur le long terme aussi bien en préventif qu’en curatif.
Cet insecticide est non-sélectif. Il doit donc être utilisé avec précaution car il est susceptible de provoquer la mort des espèces d’insectes rampants non-cibles. 

 

Des insecticides à base d’huiles essentielles : focus sur le géraniol

 

// Qu’est-ce que c’est ?

Le géraniol est une molécule présente dans de nombreuses plantes. Elle est utilisée dans certains biocides tels que des désinfectants ou des insecticides.

// Comment ça marche ?

D’après les études réalisées, le géraniol étouffe les insectes en bloquant leurs voies respiratoires (source : N&Pi numéro 108, page 30). Il agit également sur la chitine qui constitue leur exosquelette, dissolvant celui-ci, ce qui provoque leur mort par déshydratation. La molécule est efficace à tous les stades de la métamorphose (œufs, larves et adultes).

// Avantages et inconvénients :

Le géraniol n’agit ni au niveau neurotoxique ni au niveau endocrinien. Faiblement toxique, il est biodégradable. L’utilisation d’un insecticide à base de géraniol rend inutile l’évacuation des locaux. En fonction des concentrations, le produit présente une rémanence de plusieurs jours.
Les produits à base de géraniol sont en période transitoire, d’un point de vue réglementaire. Cela signifie que cette substance est en cours d'examen au niveau européen en vue de son utilisation en tant qu’insecticide (TP 18) et répulsif (TP19).

 

Les insecticides à base de pyréthrine 

 

// Qu’est-ce que c’est ?

La pyréthrine est une substance naturelle extraite de la fleur de pyrèthre (à la différence des pyréthrinoïdes qui sont des molécules de synthèse reproduites en laboratoire). Selon la concentration en pyréthrines, un produit pourra avoir une action répulsive (TP19) ou insecticide (TP18). 

// Comment ça marche ?

La substance active agit sur les neurotransmetteurs et paralyse les animaux à sang froid, notamment les insectes rampants et volants. 

// Avantages et inconvénients :

Autorisée en agriculture biologique, la pyréthrine est très efficace et se dégrade rapidement après traitement.
Malgré son faible impact environnemental, cette substance active a un effet sur tous les animaux à sang froid. Cela veut dire qu’elle a un spectre très large qui s’étend aux insectes non ciblés et à la faune aquatique, aux reptiles, etc.

 

 

Conclusion

Des produits efficaces et fiables sont développés à partir de substances d’origine minérale ou végétale. Ces solutions durables s’intègrent dans une démarche de lutte intégrée qui combine la prévention, la surveillance, et le traitement.

Même s’ils sont d’origine naturelle, les insecticides doivent être utilisés avec la plus grande précaution et toujours selon les directives du fabricant.